Savon et fabrication du savon un savoir-faire lointain

Parfois, dans notre vie quotidienne, il est facile de voir le monde tel qu’il existe maintenant et de supposer qu’il a toujours existé – ou du moins que les choses étaient très semblables à ce qu’elles sont aujourd’hui.

savon fabrication

À vrai dire, ce n’est pas vraiment le cas. Prenons l’exemple de la technique pour fabriquer son savon. L’état de l’industrie et ce qui était important et digne d’intérêt dans le passé était considérablement différent de ce qu’il est aujourd’hui.

Imaginez l’excitation que suscite la nouvelle du premier brevet anglais pour fabriquer son savon, qui a été délivré en 1622. MM. Jones et Palmer ont déposé leur brevet pour des améliorations dans la fabrication du savon.

Développement de la technologie pour faire son savon

Au cours des années suivantes, de nombreux progrès ont été réalisés et des brevets supplémentaires pour “l’amélioration du processus pour faire du savon” ont été accordés.

Cependant, la fabrication du savon reste un art, transmis d’un maître savonnier à l’autre. La science n’était pas encore développée et les matériaux et la technologie nécessaires à l’industrialisation de la fabrication du savon n’étaient pas disponibles.

Au XVIIIe siècle, les Espagnols produisent et exportent du carbonate de soude ou de sodium de haute qualité, fabriquée à partir de la famille des plantes de salicorne. Comme le mentionne le brevet de 1622, carbonate de soude ou de sodium, importée ou non, était une source principale d’alcali pour la fabrication de savon.

En 1775, l’Académie des sciences française a décerné un prix pour le développement d’un procédé de production de soude à partir de sel. Ce prix a été décerné à Nicolas Leblanc en 1791 pour son succès dans la production de carbonate de sodium à partir du sel.

Cette technologie a réduit le besoin de carbonate de soude ou de sodium et a permis de fabriquer industriellement de la soude (carbonate de sodium) pour la fabrication de savon et d’autres usages. Leblanc a mis en place une usine qui produisait 320 tonnes de carbonate de soude par an. Malheureusement, le gouvernement révolutionnaire français a confisqué son usine et a refusé de payer le prix. Napoléon a rendu l’usine (mais pas le prix) en 1802, mais à cette époque, Leblanc n’avait pas les moyens de la faire fonctionner. Il se suicida en 1806.

La méthode de Leblanc a été remplacée par un nouveau procédé mis au point par Ernest Solvay dans les années 1860, qui utilise du sel et du calcaire. Plus facile et moins cher, il a été largement utilisé à l’époque et l’est encore aujourd’hui (bien que l’hydroxyde de sodium que nous utilisons pour la fabrication du savon soit obtenu par une méthode encore différente utilisant l’électrolyse de l’eau salée).

Jane Abdille Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *